Traditions de Noël

Pour bon nombre d’entre nous, la période de Noël est la plus belle de l’année: le parfum envoûtant de la cannelle, de la vanille et du pain d’épices se répand dans la maison joliment décorée en vue des festivités. Chez nous, la période de Noël débute traditionnellement avec le premier dimanche de l’avent. On rédige à temps la liste de souhaits pour le Père Noël, qui déposera les cadeaux sous le sapin le 24 décembre. De nombreuses familles suisses dégustent une fondue chinoise le soir du réveillon de Noël, se rendent à la messe de minuit et se réunissent le 25 décembre, le jour de Noël, pour célébrer l’occasion en grande pompe avec les grands-parents, les tantes, les oncles, les cousins et les frères et sœurs.

Glögg et panettone

De nombreuses traditions ont évolué au gré de l’internationalisation. Certaines sont même reprises d’autres cultures. Le panettone, par exemple, qui était initialement une tradition de Noël du nord de l’Italie, a désormais trouvé sa place chez nous également. Au même titre que la plupart des marchés de Noël proposent aujourd’hui du glögg, ce fameux vin chaud scandinave.

Les cadeaux sont synonymes de Noël, tout comme les guirlandes et le sapin. Ici aussi, il existe des différences régionales et culturelles: aux Pays-Bas, par exemple, la distribution des cadeaux se fait le 6 décembre, le jour de la Saint-Nicolas: le Sinterklaas («saint Nicolas») arrive d’Espagne en bateau avec le Zwarte Piet («Père Fouettard») et apporte les cadeaux dans un énorme sac. En Allemagne, la distribution des cadeaux est le fait du Père Noël ou de l’Enfant Jésus. En Suède, c’était le Julbock, un bouc, qui apportait les cadeaux autrefois. Aujourd’hui, le Père Noël a repris la tâche, mais le Julbock lui prête main-forte. La Scandinavie fait la part belle à la danse - main dans la main, autour du sapin, en entonnant des chants de Noël.

Qui trouvera l’amande?

La «bûche de Noël» est une coutume culinaire typiquement française: un gâteau au chocolat en forme de bûche de bois, servi en dessert à Noël. En France, il était jadis courant de brûler une bûche de Noël dans la cheminée à Noël. Au fil du temps, cette coutume s’est transformée en une tradition comestible. À propos, c’est du terme français «riz à l’amande» qu’est dérivé le «Risalamande», qu’on déguste la veille de Noël au Danemark: chaque membre de la famille reçoit un bol de riz au lait. Une amande est cachée dans une portion. Celle ou celui qui la trouve se voit remettre une surprise.

 

Ce site Web utilise des cookies afin d’assurer la mise à disposition de fonctionnalités du site Web ainsi qu’à des fins de marketing et d’analyse, en fonction des directives consacrées aux cookies dans la clause de non-responsabilité. En navigant sur notre site, vous donnez votre accord à l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations sur les cookies dans notre Déclaration de confidentialité.